Ichtyocentaure - Quelle est la définition et l'histoire de ce monstre marin ?
Ichtyocentaure & triton

Ichtyocentaure – Qui est ce monstre marin que l’on surnomme centaure des mers ?

Le peuple « ichtyocentaure » étaient des monstres marins centaurins ayant le haut du corps d’une personne, la moitié inférieure antérieure et les pattes avant d’un cheval, et la moitié de la queue d’un poisson dans l’art grec classique tardif. L’exemple le plus ancien se trouve parmi les frises de l’autel de Pergame, datant du IIe siècle avant J.-C. Dans les mosaïques et les sculptures, on trouve d’autres exemples d’Aphros et/ou de Bythos, les personnifications de l’écume et des abysses, respectivement, représentés comme des ichtyocentaures.

couverture sirène

Le nom « ichtyocentaure » est une invention relativement récente, attribuée à l’écrivain byzantin du XIIe siècle Jean Tzetzes. Ils sont également connus sous le nom de centaures des mers.

Sommaire :

Nomenclature

Origine de l’ichtyocentaure

Le terme « Ichthyocentaure » n’existe pas dans le lexique de l’Antiquité classique. Ioannes Tzetzes utilise l’expression pour la première fois dans son commentaire Sur Lycophron, 34 au XIIe siècle, et il est possible qu’il en soit à l’origine.

Signification

Un Triton avec les pattes avant d’un cheval, plutôt qu’un corps inférieur ressemblant à celui d’un poisson, est connu comme un Ichthyocentaure.

Ichthyocentaure est une combinaison de deux mots : ichthyo et centaure. Centaure, du grec kentauros, créature de la mythologie classique dont le haut du corps d’un homme est relié au corps et aux jambes d’un cheval ; ichtyo- est un adjectif issu du grec ikhthis « poisson ».

Synonymes de l’ichtyocentaure

centaures marins Aphros et Bythos

À l’époque moderne, le terme ou son équivalent dans d’autres langues européennes (allemand : Ichthyokentaur, pluriel : Ichthyokentauren ; français : Ichthyocentaure, Ichthyocentaures) a été utilisé dans les commentaires sur l’art classique, et des termes vernaculaires tels que « centaure marin » (allemand : Seekentauren, Fischkentauren ; français : centaures marins) ont également été utilisés de manière interchangeable. « Ichthyocentaure », « centaurotriton » et « centaure marin » ont tous été placés dans le même groupe iconographique ou classe d’icônes par Henri van de Waal (1976), et un traitement similaire de ces noms peut également être trouvé dans les travaux archéologiques.

Dans une référence du XIXe siècle, le centaure-Triton est mentionné comme un autre terme pour les ichtyocentaures.

Art grec

Bien que l’inscription décrive la figure comme un « Triton« , la première représentation datable d’un ichtyocentaure se trouve dans les sculptures en relief de l’autel de Pergame (IIe siècle avant J.-C.). L’ichtyocentaure de ce relief possède des ailes inhabituelles, recouvertes d’algues ou de morceaux de créatures marines plutôt que de plumes.

Les ichtyocentaures sont parfois représentés avec une paire de bras en forme de pince sortant de leur tête, à l’image des pinces d’un homard.

Bythos & Aphros – Les centaures marins

Mosaïque de Zeugma

Aphrodite émerge d’une coquille, tenue par deux « centaures marins », dans une mosaïque intitulée « Naissance de Vénus (Aphrodite) » découverte à Zeugma, en Turquie.

Selon une étude publiée par le chef de l’équipe de fouilles française, ces noms ont été interprétés comme des noms spécifiques pour les Tritons. Les inscriptions sur les mosaïques identifient les centaures marins comme étant Aphros (« Mer-Mousse ») et Bythos (« Mer-Mousse »), respectivement (« Profondeurs de la mer »).

Bythos, comme Aphros, a une paire de tentacules en forme de homard qui poussent hors de sa tête (voir images).

Naissance de Vénus Aphrodite
Musée de la mosaïque de Zeugma

Dans la mosaïque de Zeugma, le triton le plus âgé est appelé Aphros, tandis que le triton le plus jeune est appelé Bythos, ce qui n’est pas le cas dans les autres exemples.

Cette mosaïque, qui date du troisième siècle de notre ère, est actuellement conservée au Musée de la mosaïque de Zeugma, qui fait partie de la collection du Musée d’archéologie de Gaziantep.

Apamée, Paphos et autres centaure-triton

Aphros sous forme d’ichtyocentaure est représenté dans une mosaïque de procession marine découverte sous une église d’Apamée, en Syrie (vers 362-363 de notre ère). Cet Aphros est représenté comme un jeune triton avec des antennes en forme de homard sur la tête et une chevelure d’algues (indiquée par l’inscription). Bythos apparaît également dans le même groupe ; il semble âgé, et le commentateur note qu’il s’agit du « Vieil Homme de la Mer ».

La néréide Thétis est portée par Bythos seul dans la mosaïque de Paphos, avec deux autres néréides, Doris et Galateia.

Les deux dieux de la mer sont également représentés tenant dans leurs bras les compagnons silencieux du dieu Dionysos après que sa compagnie ait été chassée dans la mer par le roi Lycurgue de Thrace dans une paire de sculptures similaires (toutes deux au Louvre et au Vatican).

Aphros en gloss 

ichtyocentaure Bythos & Aphros
Thétis (au centre), Bythos (au centre en bas).

Selon l’entrée du lexique byzantin, la Suda, Aphros est décrit comme un souverain de la Libye antique et le fondateur des Aphroi (ou Carthaginois).

Cette notion est soutenue par une mosaïque découverte en Tunisie, qui représente une paire de dieux marins africains nageant à côté du char de Poséidon – l’un est l’ichtyocentaure Aphros, tandis que l’autre est le Triton à deux queues, divinité du lac Tritonis en Libye.

Aphros était le fils de Cronos et de Philyra, selon la Suda. Cela correspond à la filiation du centaure Chiron (Bibliotheke de Pseudo-Apollodorus 1.2), qui était le fils du Titan Cronos et de la nymphe Philyra, ce qui implique qu’Aphros et Chiron étaient frères et sœurs. Vu la ressemblance de leurs noms, Aphros était peut-être le père adoptif d’Aphrodite.

Autres exemples d’ichtyocentaure

ichtyocentaure & trident

Dans la mosaïque monochrome Ishthmia (2e siècle de notre ère ou plus tard), un Triton en forme d’ichtyocentaure sur le panneau supérieur et un Triton ailé sur le panneau inférieur sont représentés avec une paire de pinces ressemblant à des crustacés sortant de leur tête.

Une paire de fragments de fresques de thiasos marins d’Herculanum a été décrite. L’un d’eux présente deux tritons, dont l’un est un ichtyocentaure. L’ichtyocentaure de cette scène est imberbe et brandit un trident orné de rubans. La tête de chaque triton porte une paire de pattes ou de pinces homard. Dans le second fragment, un jeune ichtyocentaure conduit une Vénus marine montée ; l’ichtyocentaure porte deux objets difficiles à identifier.

Illustrations tirées de la littérature

Un exemple littéraire récent est le poème de Claudien (m. 404), l’Epithalamium pour le mariage d’Honorius et de Maria, dans lequel Vénus chevauche Triton sur son dos tandis que tout son cortège se dirige vers le mariage.

Voici comment Triton est décrit : « La terrifiante créature surgit de l’abîme ; sa chevelure ondulante atteignait ses épaules ; des sabots fourchus en corne s’élevaient, ronds et hérissés, là où sa queue de poisson rejoignait son corps d’homme. » Ce Triton (aux sabots fendus) est décrit comme un sous-type d’ichtyocentaure aux pattes avant de taureau, selon Wilhelm Heinrich Roscher.

sirenas bijoux sirène

Le Triton – Période de la Renaissance

Dans son chapitre sur les tritons de son Historia animalium IV, Konrad Gesner dépeint son  » satyre des mers  » ou  » pan des mers «  comme un  » ichtyocentaure  » ou un  » diable des mers  » (1558). Dans la traduction allemande, ce monstre est appelé « Meerteuffel  » ou « diable marin« .

Ce  » démon marin  » (en allemand : Meerteufel) est également apparu sur des dispositifs héraldiques sous les appellations de  » monstre Pan de mer « ,  » satyre marin monstrueux  » et  » poisson-centaure « .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.