Qui sont les Océanides ? | Mythologie & Fantasie de l'Océan | Sirenas
Océanides

Qui sont les nymphes Océanides ?

Les Océanides étaient trois mille déesses – nymphes qui présidaient aux sources d’eau douce de la terre, des nuages ​​de pluie aux sources et fontaines souterraines. Leur nombre comprenait les Nephelai (Nymphes des Nuages), les Aurai (Nymphes des Brises), les Naïades (Nymphes du Printemps et de la Fontaine), Leimonides (Nymphes des Pâturages) et Anthousai (Nymphes des Fleurs). Elles étaient toutes les filles du grand ruisseau d’eau douce qui entoure la terre Okeanos (Oceanus) et de sa femme Téthys.

sirenas bijoux sirène

Les plus âgés d’entre eux étaient comptés parmi les Titanides (femmes Titans) – Styx, Dione, Neda, Metis, Klymene, Eurynome, Doris, Elektra et Pleione. Il s’agissait très probablement de déesses célestes des nuages.

Certains des Océanides personnifiaient des bénédictions divines telles que Metis (Sagesse), Klymene (Fame), Plouto (Richesse), Tykhe (Bonne Fortune), Telesto (Succès) et Peitho (Persuasion). La déesse Némésis était parfois également incluse dans leur nombre comme celle qui fournissait l’équilibre en punissant la bonne fortune imméritée pouvant découler des dons de sa sœur.

Ces bons esprits étaient de nature éphémère tout comme les enfants sombres de Nyx (Nuit) et les esprits du mal (Daimones Kakoi).

Un autre groupe d’Océanides étaient les servantes des déesses olympiennes, les plus importantes d’entre elles étaient les soixante compagnons Okeanis d’Artémis, Peitho la servante d’Aphrodite et Klymene la servante d’Héra.

Les Naïas-Okéanides (Naïades) étaient principalement des nymphes de sources, de puits et de fontaines. Elles étaient souvent dépeintes comme les épouses des Potamoi (rivières-dieux) et les mères des plus jeunes Naïades.

Les Océanides étaient parfois décrites comme des nymphes marines. À la fin de l’ère classique, la mythique rivière d’eau douce Okeanos entourant la terre était de plus en plus assimilée aux océans Atlantique et Indien, et ses filles-nymphes ont été re-imaginées en divinités marines.

LISTE DES OCÉANIDES NOMMÉS

  • ADMETE Un Okeanis dont le nom signifie « l’ininterrompu » ou « non marié ». Elle a peut-être été la Nymphe Naias d’un ruisseau de montagne sauvage, ou la Nephele des nuages ​​sauvages et de la pluie. Admete était peut-être une déesse des jeunes filles célibataires, sa sœur Zeuxo, représentant le joug du mariage.
  • AKASTE (Acaste) Une des océanides dont le nom signifie « instable » ou « irrégulier ». Elle a peut-être été la Nymphe Naias d’une source ou d’un ruisseau au débit erratique, ou une Nephele aux précipitations imprévisibles. Akaste aurait également pu être une déesse au comportement imprévisible.
Océanides nymphe riviere
mosaïque gréco-romaine de Zeugma 
  • AMPHIRO Une Océanides nommé « le flux environnant ». Elle peut avoir été un Naias d’un ruisseau de Nephele de pluie.
  • AMPHITRITE La déesse Océanide de la mer. (Elle était généralement comptée parmi les Néréides plutôt que parmi les Océanides).
  • ASIE La Nymphe Okeanis de la région de l’Asie (ou plutôt de la péninsule anatolienne). Elle était l’épouse ou la mère du Titan Prométhée. Sa sœur était l’Europe.
  • ASTEROPE Le « aux yeux étoilés » était une des Océanides aimé de Zeus.
  • BEROE La Nymphe Océanides de la ville de Beroe (Beruit) au Liban.
  • DAEIRA Une Nymphe Océanides nommée « la connaissante » ou « savante ». Elle était une déesse de la ville d’Eleusis, peut-être la Naïas du puits de la ville sacrée.
  • DIONE La Nymphe Okeanis « céleste » ou « divine » était une déesse de l’oracle de Dodone en Thesprotie.
  • DODONE (Dodone) La Nymphe Okeanis de Dodone en Thesprotie. Elle était peut-être la Naias d’une source ou d’un puits local, et était peut-être la même que l’Okeanis Dione.
  • DORIS L’Okeanis « eau pure » était une épouse du dieu marin Nérée. Elle a peut-être représenté le mélange d’eau douce avec la saumure de la mer. Alternativement, elle était la déesse de la tribu dorienne des Grecs, tout comme sa sœur Ianeira présidait les Ioniens.
  • EIDYIA ( Idyia ) L’Okeanis « voyant » ou « sachant » était l’épouse du roi Aeetes de Kolkhis (Colchis). Elle était apparemment une déesse liée au pouvoir de la sorcellerie.
  • ELEKTRA (Electra) L’Okeanis « ambre » ou « de couleur ambrée » était peut-être une déesse des nuages ​​​​colorés par le soleil. Elle était la mère de la déesse arc-en-ciel Iris par le dieu marin Thaumas (Merveilleux).
  • EPHYRA La Nymphe Okeanis de la ville d’Ephyra (Korinthos). Elle était probablement la Naïa du puits ou de la source de la ville.
  • EUDORA L’Okeanis « bons-cadeaux » était peut-être un Nephele de bonnes chutes de pluie ou le Naias d’une source généreuse.
  • EUROPE (Europa) La Nymphe Okeanis du continent européen. Sa sœur était Asia.
  • EURYNOME 1 L’Okeanis Nymphe des « grands pâturages ». Elle était la mère des Kharites (Charites) de Zeus. Eurynome était peut-être l’un des Epimelides, nymphe des pâturages.
  • EURYNOME 2 La Nymphe d’Okeanis du « gouvernement étendu ». Elle était l’épouse du Titan Ophion.
  • GALAXAURA La « brise lactée » Okeanis Nymphe était probablement l’Aura ou Nephele de la brise dissipant la brume.
  • HAGNO L’Okeanis « sainte » était l’une des nourrices du dieu enfant Zeus. Elle était la Naias de la source Arkadienne Hagno, dont les eaux généraient les nuages ​​d’un Nephele.
  • HESIONE L’Okeanis « connaissant » ou « prévoyant » était une déesse de la prescience. Elle était l’épouse du Titan Prométhée (prévoyance). Hesione était également connu sous le nom de Pronoia.
  • HIPPO Le « cheval » Okeanis Nymphe était le Naias d’un ruisseau ou Aura des brises – les vents et les eaux étaient souvent comparés à des chevaux.
  • HYALE L’Okeanis « cristal » ou « clair comme du cristal » était un Nephele de pluie. Elle était sur les Nymphes d’Artémis.
  • IAKHE (Iache) L’Okeanis du cri rituel de joie « iakhe ». Elle était une déesse des mystères d’Eleusis.
  • IANEIRA Une Nymphe Okeanis, peut-être la déesse de la tribu Ionienne des Grecs. Sa sœur Doris présidait les Doriens.
  • IANTHE L’Okeanis des « fleurs violettes » ou de la couleur « violette ». Elle peut avoir été une Nephele des nuages ​​violets teintés de l’aube, ou une Anthousa (fleur-nymphe) des violettes.
  • KALLIRHOE (Callirhoe) L’Okeanis « qui coule juste » était soit le Naias d’une bonne source qui coule, soit le Nephele (Nuage) de bonnes averses. Elle était la mère du géant érythien (espagnol) Géryon.
  • KALYPSO (Calypso) Un Okeanis dont le nom signifie « caché », « couvert » ou « voilé ». Elle a peut-être été les Naïas d’une source couverte ou cachée ou l’Aura des brises invisibles.
  • KAMARINA (Camarina) La Nymphe Okeanis de la ville de Kamarina en Sicile. Elle était probablement la Naïa de la fontaine ou du puits de la ville.
  • KAPHEIRA (Capheira) Le « souffle de tempête » d’Okeanis était probablement l’aura des vents forts. Elle était infirmière du dieu Poséidon.
  • KERKEIS (Cerceis) Une des Océanides.
  • KETO (Ceto) Le « monstre marin » Okeanis était un amour du dieu Hélios.
  • KHARIKLO (Chariclo) Une Nymphe Okeanis du Mont Pélion en Thessalie. Elle était l’épouse du sage kentauros Kheiron (centaure Chiron).
  • KHRYSEIS (Chryseis) L’Okeanis « doré » ou « jaune d’or » était probablement soit un Nephele des nuages ​​dorés du coucher du soleil, soit le Naias d’une source de montagne productrice d’or.
  • KLYMENE 1 ( Clymene ) La déesse Okeanis de la renommée et de l’infamie était l’épouse du Titan Iapetos.
  • KLYMENE 2 ( Clymene ) L’Okeanis de renommée était la mère du Phaethon par Hélios le soleil. Elle faisait probablement partie des Nephelai. Elle est peut-être la même que Klytia.
  • KLYTIA (Clytia) Un Okeanis nommé « renommée » ou « renommée » qui est tombé amoureux du dieu-soleil Hélios et a été transformé en une fleur héliotrope observant le soleil. Elle était peut-être la même que Klymene 2.
  • KROKALE (Crocale) L’Okeanis « bord de mer » était un Naias Nymphe compagnon de la déesse Artémis.
  • LEUKE (Leuce) Un Okeanis nommé « le blanc » qui était aimé par le dieu Haides des enfers. Elle a été transformée en peuplier blanc des Champs Elysées bénis.
  • LEUKIPPE (Leucippe) L’Okeanis « Cheval Blanc » était probablement le Nephele ou l’Aura des nuages ​​rapides, ou le Naias d’une source ou d’un ruisseau de montagne blanc mousseux. Les vents et les eaux étaient souvent comparés aux chevaux.
Océanides Painture
  • LIBYE La Nymphe Okeanis du continent libyen (Afrique). Elle était une sœur d’Europe et d’Asie.
  • Naiad-Oceanid river-femme | Mosaïque gréco-romaine de Zeugma C1er-2e AD | Musée d’archéologie de Gaziantep
  • Naiad-Oceanid river-femme, mosaïque gréco-romaine de Zeugma C1st-2nd AD, Gaziantep Museum of Archaeology
  • MELIA (1) L’Okeanis « miel-doux » était l’épouse du dieu de la rivière Argive Inakhos. Elle était probablement la Naias d’une source d’eau douce, peut-être la même que Melia 2 ci-dessous.
  • MELIA (2) Un Okeanis nommé « miel-doux » qui était aimé du dieu Apollon. Elle était la Naïas de la source thébaine Ismène.
  • MELIBOIA (1) (Meliboea) La « vache douce » d’Okeanis était l’épouse du premier roi Arkadien Pélasgos. Elle était probablement soit la naïa nymphe d’une source arkadienne, soit l’épimélis des pâturages de bétail.
  • MELIBOIA (2) (Meliboea) Un Okeanis aimé du dieu-fleuve syrien Oronte.
  • MELITE L’Okeanis « miel-doux » était probablement la Nymphe de la source d’eau douce.
  • MÉLOBOSE L’Okeanis « nourriture de fruits » ou « mangeoire à moutons » était probablement l’un des Epimelides, Nymphai des pâturages herbeux ou des arbres fruitiers.
  • MENESTHO L’Okeanis « force rapide » ou « forte et rapide » était probablement les Naïas d’un cours d’eau plein, ou l’Aura des brises soufflant fortement.
  • MEROPE L’Okeanis « au visage tourné » était la mère de Phaethon par le dieu Hélios. Elle était probablement la même que Klymene 2.
  • METIS La déesse Okeanis de la sagesse et du bon conseil. Elle était aimée de Zeus, qui l’avala pour éviter la prophétie que son fils le détrônerait.
  • NEDA La déesse Okeanis de la rivière Arkadian Neda. Elle était une infirmière Arkadienne du dieu infantile Zeus.
  • NEMESIS La déesse Okeanis de l’indignation et de la rétribution pour les mauvaises actions ou la bonne fortune imméritée. Elle était aussi appelée fille de Nyx ou Zeus.
  • NEPHELE (1) Une Nymphe « nuage » qui était l’épouse du mortel Roi Athamas. Elle a sauvé ses deux enfants du sacrifice en envoyant un bélier volant à la toison d’or à leur aide (une créature rappelant un nuage d’or).
  • NEPHELE (2) Une Nymphe formée par Zeus sous la forme d’Héra sortie des nuages. Elle a été violée par le criminel Ixion, et lui a donné le Kentauroi (Centaures).
  • NEPHELE (3) La « nuée » Okeanis Nymphe était l’une des vierges Nephelai servantes de la déesse Artémis.
  • NYMPHAI ARTEMIAI, LES (Nymphes d’Artémis) Les cinquante plus jeunes Océanides étaient les servantes de la déesse Artémis.
  • NYSIADES, Les Cinq Océanides du mythique Mont Nysa qui a soigné le dieu Dionysos et est devenu le premier de ses Bakkhantes (Bacchantes).
  • OKYRHOE (Ocyrhoe) L’Okeanis « à écoulement rapide » était soit un Naias de printemps à écoulement rapide, soit un Nephele de pluie tombante.
  • OURANIA (Urania) Le « céleste » était probablement un Okeanis Nephele (des nuages).
  • PAREGORON La déesse Okeanis de la consolation et des paroles apaisantes. Elle était une servante de la déesse Aphrodite.
  • PERIBOIA (Periboea) L’Okeanis « entouré de bétail » était l’épouse du Titan Lelantos. Elle était probablement la Naïa d’un ruisseau nourrissant les pâturages.
queue de sirène de mako
  • PASITHOE Un Okeanis dont le nom signifie « tout-rapide ». Elle était probablement soit la Naias d’une source au débit rapide, soit une Aura de la brise rapide.
  • PEITHO La déesse Okeanis de la persuasion et de la séduction. Elle était une proche compagne d’Aphrodite.
  • PERSEIS Un Okeanis-éponyme de Perse et mère par Hélios des despotes orientaux Aeetes et Perses, et des sorcières Pasiphae et Kirke. Son nom signifie aussi « destructeur » qui était probablement une déesse du pouvoir destructeur des sorcières.
  • PETRAIE L’Okeanis « des rochers » ou « gris pierre » était probablement le Naïa d’une source rocheuse, ou le Néphélé des nuages ​​gris foncé.
  • PHAINO (Phaeno) L’Okeanis « apparaissant » ou « brillant » était peut-être le Nephele de l’apparition du nuage, ou le Naias d’un printemps lumineux.
  • PHIALE L’Okeanis « pichet d’eau » était l’un des compagnons de la déesse Artémis. Elle était soit une Naias printanière, soit une Nephele pluvieuse.
  • PHILYRE (Philyra) Une Okeanis qui était la mère du kentauros Kheiron (centaure Chiron) par Kronos (Cronus). Elle a été transformée en tilleul ( philyre ).
  • PLEIONE La déesse Okeanis de beaucoup (progéniture) était la mère des Pléiades par Atlas. Elle était soit une Nephele de nombreux nuages ​​porteurs de pluie, soit une Epimelis des troupeaux multipliés de l’alpage.
  • PLEXAURE (Plexaura) L’Okeanis de la « brise tissée » était probablement l’un des Aurai.
  • PLOUTO (Pluton) La déesse Okeanis de la richesse était probablement une Nephele des pluies fertiles, faisant prospérer la récolte agricole.
  • POLYDORA L’Okeanis « beaucoup de cadeaux » aurait pu être le Nephele de chutes généreuses.
  • PRONOIA (Pronoea) La Nymphe nommée « prévoyance » était l’épouse du Titan Prométhée. Elle était une déesse du sanctuaire de Delphoi, et probablement la même que l’Okeanis Hesione.
  • PRYMNO L’Okeanis « racine » ou « en dessous » était probablement la Naias Nymphe des eaux souterraines, ou les eaux d’un puits profond.
  • PSEKAS (Psecas) La « pluie » d’Okeanis était une compagne Néphélé de la déesse Artémis.
  • RHANIS Un Okeanis nommé « goutte de pluie ». Elle était l’un des serviteurs Nephelai de la déesse Artémis.
  • RHODEIA L’Okeanis nommé « aux roses » ou « rose » était soit une nymphe-fleur d’Anthousa, soit Naïas d’un printemps drapé de rose, soit Néphélé des nuages ​​roses de l’aube.
  • RHODOPE L’Okeanis « aux yeux de rose » était probablement soit une fleur-nymphe d’Anthousa de Néphélé des nuages ​​roses de l’aube.
  • STYX La déesse Okeanis de la rivière Arkadian Styx. Elle était « la détestée », dont les ruisseaux sombres symbolisaient les eaux empoisonnées.
  • TELESTO La déesse Okeanis du succès et de l’accomplissement. Elle était probablement l’une des Nephelai, une déesse éthérée.
  • THEIOSA Une nourrice Okeanis de l’enfant Zeus à Arkadia (Arcadie).
  • THOE L’Okeanis « rapide » aurait pu être un Naias, Nephele ou Aura Nymphe.
  • TYKHE (Tyche) La déesse Okeanis de la fortune ou du hasard était probablement l’une des Nephelai célestes.
  • XANTHE L’Okeanis « jaune » ou « jaune-brun » était probablement soit un Naias d’un ruisseau boueux, soit le Nephele des nuages ​​jaunis de l’aube et du crépuscule.
  • ZEUXO Une Okeanis nommée « le joug » était probablement une déesse du mariage, les mariées étant attelées en mariage. Elle a peut-être été une Naias ou une Nymphe Nephele, dans le sens d’un cheval attelé ou apprivoisé.

CITATIONS DE LITTÉRATURE CLASSIQUE

FILIÈRE & NOMS DES OCÉANIDES

Le bûcher d'Alcmène éteint par les pluies des Océanides
Le bûcher d’Alcmène éteint par les pluies des Océanides

« Téthys donna à Okeanos (Oceanus) le tourbillonnant Potamoi (Rivières) . . . Elle [Téthys] enfanta aussi une race à part de filles [les Océanides], qui avec le seigneur Apollon et les Rivières ont les petits sous leur garde sur toute la terre, puisque ce droit de Zeus leur est donné. Ce sont Peitho, Admete, Ianthe et Elektra, Doris et Prymno et Ourania comme une déesse, Hippo et Klymene, Rhodeia et Kallirhoe, Zeuxo et Klytia, et Idyia et Pasithoe, Plexaura et Galaxaura et la belle Dione, Melobosis et Thoe, et Polydora la bien faite, Kerkeis de la belle stature, et Plouto aux yeux de bœuf, Xanthe et Akaste, Perseis et Ianeira, Petraie la belle, et Menestho, et Europe, Métis et Eurynome, Télesto vêtu de safran, de Khryseis et d’Asie, et séduisant Kalypso, Eudora et Tykhe, et Amphiro et Okyroe, et Styx,qui parmi eux tous a la plus grande éminence.

Maintenant, ce sont les filles aînées qui sont nées de Téthys et d’Okeanos, mais il y en a beaucoup d’autres à côté de celles-ci, car il y a trois mille filles d’Okeanos qui marchent vers la lumière dispersée au loin, des enfants brillants parmi les déesses, et toutes se ressemblent. Après la terre et les profondeurs de l’eau stagnante. »

Hésiode, Théogonie 346 ff (trad. Evelyn-White) (épopée grecque C8e ou 7e av. J.-C.)

« Les filles aux seins profonds d’Okeanos (Oceanus)… jouaient dans une jolie prairie, Leukippe et Phaino et Elektra et Ianthe, Melita aussi et Iakhe avec Rhodea et Kallirhoe et Melobosis et Tykhe et Okyrhoe, blonds comme une fleur, Khryseis, Ianeira, Akaste et Admete et Rhodope et Plouto et la charmante Kalypso ; Styx aussi était là et Ourania et la belle Galaxaura. »

Hymne homérique 2 à Demeter 415 sqq (trad. Evelyn-White) (épopée grecque C7e ou 6e av. J.-C.)

« [Les Okéanides, (Océanides)] progéniture de la féconde ( polyteknos ) Téthys et de celui qui de son courant sans sommeil encercle toute la terre, enfants de ton père Okeanos (Oceanus). »

Eschyle, Prometheus Bound 136 sqq (trad. Weir Smyth) (tragédie grecque C5e av. J.-C.)

« [Comédie-jeu :] Viens, oh ! Nephelai (Nuages) [Océanides] . . . s’attardant dans les jardins d’Okeanos ), ton père, formant des Chœurs sacrés avec les Nymphai (nymphes). »

Aristophane, Clouds 264 ff (trad. O’Neill) (Comédie grecque C5e à 4e av. J.-C.)
décoration sirène promo

« Les Titans (Titans) eurent des enfants. Ceux d’Okeanos (Oceanus) et de Tethys étaient appelés Océanides (Oceanids) : Asia, Styx, Elektra, Doris, Eurynome, Amphitrite et Métis. »

Pseudo-Apollodorus, Bibliotheca 1. 8 (trans. Aldrich) (mythographe grec C2ème AD)

« De Oceanus et Tethys the Oceanides à savoir yaea, Melite, Ianthe, Admete, Stilbo, Pasiphae, Polyxo, Eurynome, Euagoreis, Rhodope, lyris, Clytia , teschinoeno, clitenneste, Métis, Menippe, Argia. »

[NB Certains des noms donnés sont des adjectifs que Hyginus a confondus avec des Océanides.]Pseudo-Hyginus, Préface (trans. Grant) (mythographe romain C2ème AD)

« A propos d’elle [Kyrene (Cyrene), une nymphe de la rivière Peneios (Peneus)] les Nymphae (Nymphes) filaient des toisons de Milet, teintes avec une riche teinte vitreuse – Drymo et Xantho, Ligea et Phyllodoce, leurs tresses brillantes flottant sur des cous enneigés [probablement quatre naïades] ; Nesaea et Spio, Thalia et Cymodoce [quatre Néréides] ; Cydippe et Lycorias aux cheveux d’or – une jeune fille , l’autre n’ayant ressenti que les premières douleurs de l’accouchement ; Clio et Béroé, sa sœur, filles d’Océanus toutes deux, toutes deux vêtues d’or et toutes deux de peaux tachetées [comme chasseresses] ; Ephyre et Opis, et l’Asiatique Deiopea, et la flotte Arethusa , ses flèches enfin écartées. Parmi celles-ci, Clymène racontait… les innombrables amours des dieux.

[NB De ces nymphes Clio, Beroe et Clymene et Ephyre étaient Océanides, et peut-être Opis et Deiopea aussi.]Virgil, Georgics 4. 334 ff (trans. Fairclough) (Romain bucolique C1st BC)

HYMNES AUX OCÉANIDES

Dans la joie froide, et au bétail gentil, sportif, à travers l’océan errant sans limite. O Nysiai [Nysiade], fou (manikoi ), que ravissent les chênes, amoureux du printemps, vierges paioniennes lumineuses ; avec Bakkhos et avec Deo [Demeter] écoutez ma prière, et à l’humanité une faveur abondante porte; propice écoutez la voix de votre suppliante, venez, et bienveillant dans ces rites réjouissez-vous ; donnez des saisons abondantes et une richesse suffisante, et versez des ruisseaux durables, une santé continue. »

Hymne orphique 51 aux Nymphes (traduction Taylor) (hymnes grecs C3e av. J.-C. à 2e ap. J.-C.)

LES COMPAGNES DE PERSEPHONE

Perséphone jouait dans une prairie fleurie avec les Océanides lorsque Haides l’a enlevée aux Enfers.

« Elle [Perséphone] jouait avec les filles profondes [Océanides] d’Okeanos (Oceanus) et cueillait des fleurs sur un doux prairie, des roses et des crocus et de belles violettes, des iris aussi et des jacinthes et des narcisses. »

Hymne homérique 2 à Demeter 5 et suiv. (trad. Evelyn-White) (Epopée grecque C7e ou 6e av. J.-C.) :

« [Perséphone raconte à Demeter son enlèvement :] ‘Tout ce que nous jouions dans une jolie prairie, [les Océanides (Oceanids)] Leukippe et Phaino et Elektra et Ianthe, Melita aussi et Iakhe avec Rhodea et Kallirhoe et Melobosis et Tykhe et Okyrhoe, blondes comme une fleur, Khryseis, Ianeira, Akaste et Admete et Rhodope et Plouto et la charmante Kalypso ; Styx était là aussi et Ourania et la belle Galaxaura avec Pallas [Athéna] qui suscite les batailles et Artemis se délectant des flèches : nous jouions et cueillions des fleurs douces dans nos mains, des crocus tendres mêlés d’iris et de jacinthes, et des rosiers et des lys, merveilleux à voir, et les narcisses que la vaste terre faisait jaunir comme un crocus.' »

Hymne homérique 2 à Demeter 415 ff :

LES COMPAGNES D’ARTÉMIS

« [Artémis s’adresse à Zeus :] ‘Et donne-moi soixante Okeanines (filles d’Okeanos) [Oceanids] pour mon choeur – tous âgés de neuf ans , toutes les jeunes filles encore sans ceinture.' »

Callimaque, Hymne 3 à Artémis 12 ff (trad. Mair) (poète grec C3ème av. J.-C.) :

« Et la jeune fille [Artémis] se rendit à la montagne blanche de Krete (Crète) feuillue de bois ; de là à Okeanos (Oceanus); et elle choisit de nombreux Nymphai (Nymphes) [Océanides] tous les neuf ans, toutes les jeunes filles n’avaient pas encore de ceinture. Et la rivière Kairatos (Caeratus) était extrêmement heureuse, et Téthys était heureuse qu’ils envoyaient leurs filles comme servantes de la fille de Léto.

Callimaque, Hymne 3 à Artémis 40 ff :
Océanides et DIEUX-FLEUVE

LES OCÉANIDES & PROMÉTHÉE

I. LE MARIAGE DE PROMÉTHÉE

Prométhée était marié à Hesione, l’une des Océanides. Ses sœurs ont chanté l’hymne au mariage.

 » [Le chœur des Océanides adresse Prométhée :] Cette chanson, qui, à propos de votre [Prométhée] lit et bain nuptial, j’ai élevé pour honorer votre mariage, quand vous avez courtisé avec des cadeaux et gagné ma sœur [les Okeanis] Hesione pour être votre épouse. »

Eschyle, Prometheus Bound 555 ff (trans. Weir Smyth) (tragédie grecque C5th BC)

II. LA CHAÎNE DE PROMÉTHÉE

Océanides a formé le chœur dans la pièce d’Eschyle Prométhée lié dans laquelle ils sympathisent avec le sort du Titan enchaîné et l’incitent à raconter son histoire.

« Prométhée [qui vient d’être enchaîné à un rocher de montagne] : Ha ! Vois ! Quel murmure, quelles ailes de parfum pour moi, sa source invisible, céleste ou humain, ou les deux ? Quelqu’un est-il venu sur ce rocher au bout du monde pour contempler mes souffrances – ou avec quel motif ? . . . Quel peut être ce bruissement d’oiseaux que j’entends encore à proximité ? L’air vrombissements avec le léger élan des ailes. Tout ce qui s’approche m’inquiète.

[Les Filles d’Okeanos entrent dans une voiture ailée, représentant peut-être les nuages.]

Chœur [d’Océanides] : N’ayez pas peur ! Car notre groupe est entré rivalité rapide d’ailes à ce rocher comme ami à vous, ayant gagné le consentement de notre père du mieux que nous pouvions. Les brises rapides (aurai) m’ennuie; car la réverbération du tintement du fer perçait le fond de nos cavernes et chassait ma grave modestie dans l’effroi ; sans sandale je me suis précipité dans une voiture ailée.

Prométhée : Hélas ! Hélas! Progéniture de la féconde ( polyteknos ) Téthys et de celui qui de son courant insomniaque encercle toute la terre, enfants de votre père Okeanos (Oceanus), voici, voyez avec quelles chaînes, au sommet de ce ravin, je dois tenir mon peu enviable Regardez

Chœur [d’Océanides] : Je vois, Prométhée ; et sur mes yeux un brouillard de larmes et de peur s’est répandu quand j’ai vu ton corps se dessécher ignominieusement sur ce rocher dans ces liens d’inflexible. Car il y a de nouveaux dirigeants dans le ciel, et Zeus gouverne avec des coutumes sans loi ; ce qui était puissant avant qu’il ne le réduise maintenant à rien. . .  Qui des dieux a le cœur si dur qu’il s’en réjouit ? Qui ne sympathise pas avec vos malheurs, sauf Zeus ? Mais lui dans la méchanceté, a mis son âme inflexiblement et maintient dans la soumission la race [Titanes] jaillie d’Ouranos (Uranus) ; il ne s’arrêtera pas non plus jusqu’à ce qu’il ait rassasié son âme ou qu’un autre s’empare de son empire imprenable par quelque ruse. . . Vous êtes hardi et ne cédez pas à vos douleurs amères ; vous donnez trop de licence à votre langue. Mais mon âme est agitée par une peur perçante, et j’ai peur de ton sort, me demandant vers quel havre vous devez diriger votre navire pour voir la fin de votre voyage de douleur. Car le cœur du fils de Kronos (Cronos) [Zeus] est endurci contre les supplications et ses voies sont inexorables. . .

Chœur [d’Océanides] : Ce n’est pas à des oreilles réticentes que tu as lancé cet appel, Prométhée. Et maintenant, d’un pied léger, je quitterai mon siège rapide et l’air pur ( aithêr ), le sentier des oiseaux et m’approcherai de ce sol accidenté; car je veux entendre toute l’histoire de vos peines. »

Eschyle, Prometheus Bound 115-285 (trans. Weir Smyth) (tragédie grecque C5e av. J.-C.)

« Refrain [d’Océanides] : Je pleure ton malheureux sort, Prométhée. Versant de mes yeux un flot de larmes j’ai mouillé mes tendres joues de leurs ruisseaux moites. Pour Zeus, tenant ce pouvoir peu enviable par moi-même – les lois fixées, affiche envers les dieux d’autrefois un esprit démesuré. Maintenant, la terre entière pleure à haute voix dans la lamentation. « 

Eschyle, Prometheus Bound 399 ff

« [Choeur d’Océanides:] Je ne dois pas non plus être lent à m’approcher des dieux, avec de saints sacrifices de bœufs tués, à côté du ruisseau incessant d’Okeanos (Oceanus), mon père ; et puis-je n’offense pas [Zeus] en paroles ; mais que cette règle demeure dans mon cœur et ne s’efface jamais. »

Eschyle, Prometheus Bound 528 ff

« Hermès : Telles sont en effet les pensées et les paroles [de Prométhée] qu’on entend des hommes dérangés… Mais, en tout cas, puissiez-vous [les Océanides] qui sympathisez avec son angoisse , retire-toi en hâte de cet endroit pour que le grondement implacable du tonnerre [de Zeus]

n’étourdit pas tes sens. Chœur [d’Océanides] : Utilise une autre souche et incite-moi à un autre cours dans lequel tu seras susceptible de me convaincre … Cette parole dans votre flot de paroles est, je pense, au-delà de toute endurance. Comment me chargez-vous de pratiquer la bassesse ? Avec lui je suis content de subir n’importe quel sort ; car j’ai appris à détester les traîtres, et il n’y a pas de peste que je abhorre plus que cela.

[Alors que le tonnerre commence à gronder, les Océanides tiennent compte de l’avertissement et s’en vont.] « 

Eschyle, Prometheus Bound 1054 sqq

LES OCÉANIDES & IO

Dans la pièce d’Aiskhylos (Eschyle) Prométhée lié aux Océanides – les tantes de la Nymphe Io – l’invite à leur raconter ses épreuves.

« Chorus [des Océanides adresse Prometheus et la Nymphe Io]: Laissez – nous d’ abord vérifier l’histoire de sa affliction [Io] et lui laisser de ses propres lèvres racontent les événements qui lui ont apporté d’horribles calamités. Puis qu’elle soit instruite par toi [Prométhée] quant aux travaux à venir.

Prométhée : C’est à toi, Io, de leur accorder cette faveur, d’autant plus qu’ils [les Océanides] sont les sœurs de votre père [Inakhos (Inachus)]. Car il vaut la peine de pleurer et de se lamenter sur de mauvaises fortunes quand on est susceptible de gagner le tribut d’une larme de l’auditeur.

Io : Je ne sais pas comment te refuser. Vous apprendrez dans un langage véridique tout ce que vous voudriez savoir. Pourtant, j’ai honte de parler de la tempête de calamité envoyée par le ciel, de l’altération de ma forme et de la source d’où elle s’est abattue sur moi, misérable que je suis. »

Eschyle, Prométhée enchaîné 631 ff (trans Weir Smyth.) (Tragédie grecque C5th BC)

« [Choeur d’Océanides:] Jamais, oh jamais, immortelle Moirai (Destins), puisses-tu me voir le partenaire du lit de Zeus, et puisse-je être marié à aucun époux qui me descende de ciel. Car je frissonne en voyant la jeune fille sans amour de Io [nièce des Océanides], cruellement écrasée ainsi par ses errances pénibles envoyées par Héra.

Eschyle, Prometheus Bound 894 ff
couverture sirène

LES OCÉANIDES & HELIUS

 » Le grand boum Okeanos (Oceanus), ceint du cercle du ciel, qui conduit son eau englobant la terre autour du tournant où il baigne, était s’unit dans le mariage primitif avec Téthys. L’époux d’eau engendra Klymène (Clymène), la plus belle des Néiades [Okéanides (Océanides)], que Téthys allaita sur sa poitrine humide, sa plus jeune, une jeune fille aux bras ravissants… Son père unis la jeune fille à l’aurige céleste. Le Lightfoot Horai (Horae, Seasons) a acclamé la mariée de Klymene avec Helios (le Soleil) Phaesphoros (Lightbringer), le Nymphai Neides (Naiad Nymphs) [c’est-à-dire Océanides] dansé autour; la jeune fille féconde était mariée dans une union flamboyante, et a reçu le fiancé chaud dans ses bras froids. . . .

Alors qu’il [Phaethon, fils d’Hélios et de Klymène] sortait du lit de l’enfant, les filles d’Okeanos le nettoyèrent, le fils de Klymène, dans les eaux de son grand-père, et l’enveloppèrent de langes. »

Nonnus, Dionysiaca 38. 108 ff (trad. Rouse) (épopée grecque C5e ap. J.-C.)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.