Qui est Amphitrite la déesse de l'océan et épouse de Poséidon ? | Sirenas
Amphitrite Nymphe de l'eau

Qui est Amphitrite la déesse de l’océan et épouse de Poséidon ?

AMPHITRITE était la déesse-reine de la mer, épouse de Poséidon et aînée des cinquante Néréides. Elle était la personnification féminine de la mer – la mère gémissante des poissons, des phoques et des dauphins.

Lorsque Poséidon a demandé la main d’Amphitrite pour la première fois, elle a fui ses avances et s’est cachée près d’Atlas dans le ruisseau de l’océan aux extrémités de la terre. Le dieu dauphin Delphinos l’a finalement retrouvée et l’a persuadée de revenir épouser le roi des mers.

promo sirenas sculpture sirène

Amphitrite a été représentée dans la peinture sur vase grec comme une jeune femme, levant souvent la main dans un geste de pincement. Parfois, on la montrait tenant un poisson. Dans l’art de la mosaïque, la déesse monte généralement à côté de son mari dans un char tiré par des chevaux à queue de poisson ou des hippocampes. Parfois ses cheveux sont entourés d’un filet et son front orné d’une paire de « cornes » en pince de crabe.

Son nom est probablement dérivé des mots grecs amphis et tris, « le tiers environnant ». Son fils Tritôn fut également nommé « du troisième ». Il est clair que « le troisième » est la mer, bien que la raison du terme soit obscure. Amphitrite était essentiellement la même que la déesse de la mer primordiale Thalassa. Son équivalent romain était Salacia dont le nom signifie « le salé ».

ENCYCLOPÉDIE

Amphitrite-Poséidon

AMPHITRI′TE (Amphitritê), selon Hésiode (Theog.243) et Apollodore (i. 2. § 7) une Néréide, bien qu’en d’autres endroits Apollodore l’appelle une Océanide. Elle est représentée comme l’épouse de Poséidon et la déesse de la mer (Méditerranée), et elle est donc une sorte de Poséidon féminin. Dans les poèmes homériques, elle n’apparaît pas comme une déesse, et Amphitrite n’est que le nom de la mer. Les passages les plus anciens dans lesquels elle apparaît comme une véritable déesse est celui d’Hésiode précité et l’hymne homérique sur l’Apollon de Delian, où elle est représentée comme ayant été présente à la naissance d’Apollon. Lorsque Poséidon a demandé sa main, elle s’est enfuie à Atlas, mais son amant a envoyé des espions après elle, et parmi eux un Delphinos, qui a provoqué le mariage entre elle et Poséidon, et le dieu reconnaissant a récompensé son service en le plaçant parmi les étoiles. Quand ensuite Poséidon montra un certain attachement à Scylla, la jalousie d’Amphitrite était d’un tel degré, qu’elle jeta des herbes magiques dans le puits dans lequel Scylla se baignait, et changea ainsi sa rivale en un monstre à six têtes et douze pieds. Elle devint par Poséidon la mère de Triton, Rhode, ou Rhodes, et Benthesicyme. Les poètes ultérieurs considèrent Amphitrite comme la déesse de la mer en général, ou de l’océan. Amphitrite était fréquemment représenté dans les œuvres d’art anciennes; sa taille ressemblait à celle d’Aphrodite, mais elle se distinguait généralement d’elle par une sorte de filet qui maintenait ses cheveux ensemble, et par des pinces de crabe sur son front. Elle était parfois représentée comme chevauchant des animaux marins, et parfois comme dessinée par eux. Le temple de Poséidon sur l’isthme corinthien contenait une statue d’Amphitrite, et sa figure figurait parmi les ornements en relief du temple d’Apollon à Amyclae. Sur le trône du Zeus Olympien, et en d’autres lieux. Nous possédons encore un nombre considérable de représentations d’Amphitrite. Une statue colossale d’elle existe dans la Villa Albani, et elle apparaît fréquemment sur les pièces de monnaie de Syracuse.

Halosydne (Halosudnê), c’est-à-dire « la mer », ou la déesse née de la mer, apparaît comme un nom de famille d’Amphitrite et de Thétys.

Source : Dictionnaire de la biographie et de la mythologie grecques et romaines.

CITATIONS DE LITTÉRATURE CLASSIQUE

PARENTS & ENFANTS D’AMPHITRITE

« A Nérée et Doris aux cheveux riches, fille d’Okeanos (Oceanus), naquirent dans la mer stérile des filles très belles même parmi les déesses : Ploto et Eukrante (Eucrante) et Amphitrite [les trois premiers des cinquante répertoriés]… Kymodoke (Cymodoce) qui, avec Kymatolege (Cymatolege) et Amphitrite, pied léger, sur la face brumeuse de l’eau libre calme facilement le l’eau et fait taire les vents dans leur souffle… Ce sont les filles nées de l’irréprochable Nérée, cinquante en tout, et les actions qu’elles savent sont irréprochables. »

Hésiode, Théogonie 240 ff (trans. Evelyn-White) (épopée grecque C8e ou C7e av. J.-C.)

« Et d’Amphitrite et du rugissant Earth-Shaker [Poséidon] est né le grand Triton au pouvoir étendu, et il possède les profondeurs de la mer, vivant avec sa chère mère et le seigneur son père dans leur maison d’or, un dieu affreux. »

Hésiode, Théogonie 930 ff

« Nérée et Doris étaient les parents des Néréides, dont les noms étaient Kymothoe (cymothoe) Amphitrite [dans une liste de quarante-cinq noms… ]. »

Pseudo-Apollodore, Bibliotheca 1. 11 (trans Aldrich.) (Grec mythographe C2nd AD)

« Poséidon épousa Amphitrite, et eut comme enfants Triton et Rhode. »

Pseudo-Apollodore, Bibliotheca 1. 28

« Sa fille [de Poséidon] et d’Amphitrite, Bentheskyme (Benthesicyme, Deep-Waves). »

Pseudo-Apollodorus, Bibliotheca 3. 201

« De Neptunus [Poséidon] et Amphitrite [est né] : Triton. »

Pseudo-Hyginus, Préface (trans. Grant) (mythographe romain C2e AD)

« [Thetis] la mariée aux bras blancs, propre soeur d’Amphitrite. »

Colluthus, Rape of Helen 21 (trans. Mair) (poème grec C5th AD)

LE MARIAGE DE POSEIDON ET D’AMPHITRITE

« Constellation Delphin. Eratosthenes [poète hellénistique C3ème BC] et d’autres donnent la raison suivante pour le dauphin étant parmi les étoiles. Amphitrite, quand Neptune [ Poséidon] voulut l’épouser et elle préféra garder sa virginité, s’enfuit à Atlas. Neptune envoya beaucoup de la chercher, parmi eux un certain Delphinos, qui, dans son errance parmi les îles, arriva enfin à la jeune fille, persuadée elle épousa Neptune et prit lui-même en charge le mariage. En échange de ce service, Neptune mit la forme d’un dauphin parmi les constellations.

Pseudo-Hyginus, Astronomica 2. 17 (trans. Grant) (mythographe romain C2ème AD)

« Vous [César loué comme s’il était Neptunus (Poséidon)] venez comme le dieu de la mer illimitée et les marins adorent votre divinité seule, tandis que Thulé le plus éloigné possède votre seigneurie et Téthys avec la dot de toutes ses vagues vous achète pour épouser sa fille [Amphitrite]. »

Virgil, Georgics 1. 29 ff (trans. Fairclough) (Romain bucolique C1st BC)
Amphitrite-Neptune

« Les Dophins : Poséidon les aime excessivement, dans la mesure où il cherchait Amphitrite la fille aux yeux noirs de Nérée qui fuyait ses étreintes, Delphinos (les dauphins) la marqua cachée dans les salles d’Okeanos (Oceanus) et dit à Poséidon ; et le dieu aux cheveux noirs emporta aussitôt la jeune fille et la vainquit contre sa volonté. Il en fit son épouse, reine de la mer, et pour leurs nouvelles, il a félicité ses aimables serviteurs et leur a accordé un honneur extrême pour leur part. »

Oppian, Halieutica 1. 38 ff (trad. Mair) (poète grec C3ème AD) :

CHAR DE POSÉIDON & AMPHITRITE

« [adresses Jason Argonautes dont le navire est échoué dans le désert libyen:] « Ils [la Jamahiriya Nymphai (Nymphes)] dit que lorsque Amphitrite avait décroché les chevaux du char roulant de Poséidon, nous devions récompenser amplement notre mère [le navire Argo] pour ce qu’elle avait souffert tout le temps qu’elle nous portait dans son ventre. Maintenant, j’avoue que le sens de cet oracle m’échappe…. ‘

Les Minyai (Minyae) [Argonautes] ont écouté avec étonnement son récit. Il a été suivi par le prodige le plus étonnant. Un grand cheval bondit hors de la mer, un animal monstrueux, avec sa crinière dorée ondulant dans les airs. Il se secoua, jetant le jet dans les douches. Puis, rapide comme le vent, il s’éloigna au galop. Peleus était ravi et a immédiatement expliqué le présage aux autres. « Il est clair pour moi, dit-il, que l’épouse bien-aimée de Poséidon vient de dételer son équipe. Quant à notre mère, je la prends pour rien d’autre que le navire lui-même. Argo nous a portés dans son ventre ; nous l’avons souvent entendue gémir de douleur. Maintenant, nous allons la porter. Nous la hisserons sur nos épaules, et sans jamais nous reposer, sans jamais nous fatiguer, la porterons à travers les déserts sablonneux dans la piste du cheval au galop. Il ne disparaîtra pas à l’intérieur des terres.

Apollonios de Rhodes, Argonautica 4. 1353 ff (trans Rieu.) (Grec épique C3rd BC)

AMPHITRITE & THÉSÉE

« Mais les dauphins marins emportaient rapidement le grand Thésée vers la maison de son père [Poséidon], dieu des chevaux, et il atteignit la salle des dieux. Là, il fut émerveillé par les filles glorieuses du bienheureux Nérée, car de leurs membres splendides brillaient d’une lueur de feu, et autour de leurs cheveux étaient enroulés des rubans tressés d’or, et ils se réjouissaient dans leurs cœurs en dansant avec des pieds liquides.Et il vit la chère épouse de son père, l’auguste Amphitite aux yeux de bœuf, dans le belle maison ; elle l’entoura d’un manteau violet et posa sur ses cheveux épais la guirlande sans défaut qu’une fois à son mariage la sournoise Aphrodite lui avait offerte, sombre de roses [vraisemblablement comme cadeau de mariage]. Rien de ce que les dieux souhaitent n’est au-delà de la croyance des mortels sains d’esprit : il [Thésée] est apparu à côté du navire à la poupe élancée.Dans quelles pensées a-t-il vérifié le commandant de Knossian (Cnossian) [Minos] lorsqu’il est sorti de la mer sans être mouillé, un miracle pour tous, et les dons des dieux ont brillé sur ses membres. »

Bacchylides, Fragment 17 (trans. Campbell, Vol. Greek Lyric IV) (lyrique grecque C5th BC)

« [Minos, roi de Krete (Crète)] lui lança des insultes [Thésée] et nia qu’il était un fils de Poséidon, car il ne pourrait pas récupérer pour lui la chevalière, qu’il portait, s’il la jeta dans la mer. Avec ces mots, Minos dit avoir jeté la bague, mais ils disent que Thésée est venu de la mer avec cet anneau et aussi avec une couronne en or qu’Amphitrite lui avait donnée. »

Pausanias, Description de la Grèce 1. 17. 3 (trad. Jones) (récit de voyage grec C2e AD)
Amphitrite Désse de la mer

« On dit que Minos a tiré un anneau d’or de son doigt et l’a jeté dans la mer. Il a demandé à Thésée de le rapporter, s’il voulait lui faire croire qu’il était un fils de Neptunus [Poséidon]… Thésée, sans aucune invocation de son père ou l’obligation d’un serment, se jeta dans la mer. Et aussitôt un grand essaim de dauphins, dégringolant au-dessus de la mer, le conduisit à travers des vagues doucement gonflées jusqu’aux Néréides d’où il rapporta l’anneau de Minos et une couronne, brillante de nombreuses pierres précieuses, de Thétis, qu’elle avait reçue à son mariage en cadeau de Vénus [Aphrodite]. D’autres disent que la couronne venait de la femme [Amphitrite] de Neptunus, et Thésée l’aurait donnée à Ariane en cadeau, alors qu’en raison de sa valeur et de son courage, elle lui a été offerte en mariage. »

Pseudo-Hyginus, Astronomica 2. 5 (trans. Grant) (mythographe romain C2e AD)

AMPHITRITE DÉESSE DE LA MER DIVERS POÉTIQUE

« Noyé en mer au milieu des flots d’Amphitrite. »

Homère, Odyssée 3. 99 (trans. Shewring) (Épopée grecque C8e av. J.-C.)

« Une foule de phoques, la couvée (phôkoi nepodes) de la belle Halosydne [Amphitrite]. »

Homère, Odyssée 4. 404 :

« [Ulysse à la dérive en mer :] ‘Je crains que… un dieu n’envoie contre moi, de la saumure, un Ketos, l’une des étranges énormes créatures grouillantes dans les aires de reproduction de Amphitrite.' »

Homère, Odyssée 5. 421 ff

 » D’un côté s’éclipsent des rochers contre lesquels s’élancent les puissantes vagues de l’Amphitrite, la déesse des mers aux reflets bleus (kyanôpis). Les dieux bénis appellent ces rochers les Planktai (Planctae, Errants). »

Homère, Odyssée 12. 60 et suiv.

« [Les Néréides] Kymodoke (Cymodoce) qui, avec Kymatolege (Cymatolege) et Amphitrite, pied léger, sur la face brumeuse du l’eau libre calme facilement l’eau et étouffe les vents dans leur souffle. »

Hymne homérique 3 à Delian Apollo 89 ff (trans. Evelyn-White) (épopée grecque C7e – 4e av.

Toutes les plus grandes des déesses, Dione et Rheia et Ikhnaie (Ichnaea) et Themis et Amphitrite gémissante et les autres déesses immortelles. Alors l’enfant bondit vers la lumière, et toutes les déesses poussèrent un cri. Immédiatement, grand Phoibos (Phoebus) [Apollon], les déesses vous ont lavé purement et proprement avec de l’eau douce, et vous ont enveloppé dans un vêtement blanc de texture fine, nouvellement tissé, et ont attaché une bande d’or autour de vous. »

[NB Les « principales des déesses » sont les Titanides (Titanesses). Amphitrite remplace Téthys, Dione équivaut à Phoibe et Ikhnaie « la déesse traçante » est Theia.]Hésiode, Théogonie 252 sqq (trad. Evelyn-White) (épopée grecque C8e ou C7e av. J.-C.)

« Grand dieu de la mer [Poséidon], époux d’Amphitrite, déesse du fuseau d’or. »

Timothée, Fragment 79 (trans. Campbell, Vol. Greek Lyric V) (lyrique grecque C5e à C4e av.

Pindare, Ode olympienne 6. 105 ff (trad. Conway) (lyrique grecque C5e av. J.-C.)
couverture sirène

« Le plus haut des dieux, Poséidon aux tridents d’or de la mer, tremblement de terre au milieu de la saumure grouillante, avec leurs nageoires, des bêtes nageant dansent autour de vous un anneau, bondissant légèrement avec des mouvements agiles de leurs pieds, des chiots au nez retroussé et au cou rapide, les dauphins mélomanes, les nourrissons marins des jeunes déesses les Néréides, qu’Amphitrite enfanta [c’est-à-dire qu’Amphitrite était la mère des dauphins] : tu m’as amené [Arion] au cap de Tainaron (Taenarum) dans la terre de Pélops quand j’ai dérivé la mer Sikelienne (sicilienne), me portant sur tes dos bossus, fendant les sillons de la plaine de Nérée, un chemin inexploré, quand perfide les hommes m’avaient jeté du navire creux naviguant sur la mer dans la houle pourpre de l’océan. »

Lyric grec V Anonyme, Fragment 939 (de Aelian, On Animals) (trans. Campbell)

« [L’auteur cite un oracle de la prêtresse pythienne :] La vague d’Amphitrite aux yeux bleus, rugissant sur la mer sombre et vineuse. »

Pausanias, Description de la Grèce 10. 37. 6 (trans. Jones) (récit de voyage grec C2e AD)

« Une tempête en ruine rend folle le long des larges golfes des profondeurs, et gémit Amphitrite (la reine de la mer) avec ses vagues angoissées qui balayent de toutes les mains, s’élevant comme des montagnes escarpées, tandis que la bourrasque amère, virant sans cesse, hurle à travers la mer. »

Quintus Smyrnaeus, Fall of Troy 8. 62 ff (traduction. Voie) (Epopée grecque C4ème AD)

« Arion [le poète sauvé par un dauphin] a écrit un hymne de remerciement à Poséidon… : ‘Dauphins mélomane, nourrissons de mer des servantes Néréis divines, qu’Amphitrite enfanta.' »

Aelian, On Animals 12. 45 (trad. Scholfield) (histoire naturelle grecque C2e AD)

« Nikandros de Kolophon (Nicander de Colophon) dans les Géorgiques : ‘Et tous les coquillages qui se nourrissent au fond de l’océan– escargots de mer, conques, bénitiers et moules, progéniture visqueuse de Halosydne [Amphitrite].' »

Athenaeus, Deipnosophistae 3. 92d (trans. Gullick) (rhétorien grec C2e à C3e AD)
[Invocation d’Oppian aux dieux de la mer au début de son poème sur la chasse et la pêche :]

 » Toi, Nérée et les dieux (daimones) d’Amphitrite… accorde-moi ta grâce! »

Oppian, Cynegetica 1. 77 (trans. Mair) (poète grec C3ème ap. J.-C.)

« Les tribus de la mer et les rangs lointains dispersés de toutes sortes de poissons, la couvée nageuse d’Amphitrite. »

Oppian, Halieutica 1.1

« [D’après une description d’une peinture grecque antique représentant le saut d’Ino dans la mer et sa réception par les dieux de la mer :] La figure d’Ino se hâtait vers le promontoire de Skeiron (Sciron) et la mer au pied de la montagne, et les brisants qui avaient l’habitude de déferler dans les flots s’étalaient dans un creux pour la recevoir… Et les dauphins de mer s’amusaient à proximité, courant à travers les vagues du tableau… Aux bords extérieurs du tableau une Amphitrite s’éleva des profondeurs, une créature à l’aspect sauvage et terrifiant qui brillait de ses yeux un éclat brillant. Et autour d’elle se tenait des Néréides ; elles étaient délicates et brillantes à regarder, distillant le désir de l’amour de leurs yeux ; et tournaient dans leurs danser sur les crêtes des vagues de la mer, ils émerveillaient le spectateur. Autour d’eux coulait Okeanos,(Oceanus) le mouvement de son ruisseau étant presque semblable aux vagues de la mer. »

Callistrate, Descriptions 14 (trans. Fairbanks) (rhétorien grec C4e ap. J.-C.)

« Les eaux riches d’Amphitrite accueillent le jour. »

Ovide, Fasti 5. 731 (trans.Boyle) (poésie romaine C1er BC à C1er AD) :

« Les filles de Nérée sont apparues en chœur chantant… et Salacia [Amphitrite], les plis de son vêtement s’affaissant de poissons. »

Apulée, L’âne d’or 4. 31 ff (trad. Walsh) (roman romain C2e ap. J.-C.)

« Après la mort de leur [les Alkyonides (Alcyonides)] père [Alkyoneus (Alcyonée)], ils se sont jetés dans la mer de Kanastraion (Canastraeum), qui est le pic de Pellene, mais Amphitrite en a fait des oiseaux, et ils ont été appelés Alkyones par leur père. Les jours sans vent avec une mer calme sont appelés Alkyonides. « 

Suidas de Alkyonides (trans Suda On Line.) (Byzantin grec Lexique C10th AD)

CULTE DE L’AMPHITRITE

Amphitrite était souvent représenté dans les décorations artistiques des temples de Poséidon. Vraisemblablement, elle a été honorée aux côtés du dieu.

« [Le temple de Poséidon à Corinthe (Corinthe) sur l’Isthmos :] Les offrandes à l’intérieur ont été consacrées à notre époque par Hérode l’Athénien, quatre chevaux, dorés sauf les sabots, qui sont d’ivoire, et deux tritons d’or à côté des chevaux, avec les parties sous la taille d’ivoire. Sur la voiture se tiennent Amphitrite et Poséidon et là le garçon Palaimon (Palaemon) debout sur un dauphin. Ceux-ci aussi sont faits d’ivoire et d’or. »

Pausanias, Description de la Grèce 2. 1. 7 (trans. Jones) (récit de voyage grec C2e AD)

« Sur l’autel [d’Apollon à Amyklai en Laconie] sont travaillés en relief, ici une image de Biris, là Amphitrite et Poséidon. »

Pausanias, Description de la Grèce 3. 19. 3- 5 :
sirenas bijoux sirène

« Les offrandes de Mikythos (Micythus) que j’ai trouvées [à Olympie] étaient nombreuses et non réunies… [statues d’] Amphitrite, Poséidon et Hestia. »

Pausanias, Description de la Grèce 5. 26. 2 – 3

« [Reliefs sur le trône dans le temple de Zeus à Olympie :] Il y a aussi des reliefs de… Amphitrite et Poséidon. »

Pausanias, Description de la Grèce 5. 11. 8

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.